dimanche 16 décembre 2018
AFFAIRE WACEM : LE MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES DEVANT LES DEPUTES

AFFAIRE WACEM : LE MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES DEVANT LES DEPUTES

Des informations publiées par plusieurs journaux le mois d’août dernier indiquent que la société WACEM bénéficierait indûment du statut de la zone franche  dont sont pourtant exclues les entreprises minières conformément à la loi n°2011-018 du 24 juin 2011 portant statut de zone franche industrielle.

« Faux » rétorquait le ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya qui à l’hémicycle ce 10 novembre soulignait que « Wacem menait ses activités conformément aux lois et règlements applicables au Togo ‘sans aucun passe-droit » avant de laisser comprendre qu’ « Aucune loi n’interdit à un particulier togolais d’être actionnaire d’une entreprise. Au contraire, ce dispositif est encouragé par le gouvernement. L’objectif est de contribuer à l’essor d’une classe moyenne qui sera en mesure de  participer  au développement l’économie du pays »

«Puisque les enquêtes initiées par l’Office Togolais des Recettes n’ont pas encore accouché de conclusions définitives et requièrent d’ailleurs de la confidentialité, selon les règles de l’art et même si, irréalités il y en avait, Wacem fera objet de poursuite et de redressement. Ce qui n’est pas encore le cas à ce stade. » a rassuré l’émissaire du gouvernement.

Sur la question de l’actionnariat qui visait particulièrement le Premier Ministre Komi Selom Klassou et sur qui la représentation nationale a souhaité avoir une liste détaillé des actionnaires de la société, le ministre Sani Yaya  se veut protecteur  de l’identité des investisseurs privés togolais, détenteurs d’actions au sein de Wacem. « Les citoyens qui sont actionnaires bénéficient de la protection de la loi par rapport à la publication de certaines informations », a-t-il mentionné avant de rappeler le capital de l’Etat togolais à 10% et les privés togolais à 4,55%.

Il affirmait, à la fin de son argumentaire, que le chef du gouvernement était actionnaire à Wacem avant d’intégrer la Primature.  Et pour lui, le fait qu’un citoyen togolais investisse dans une société n’est pas une infraction mais plutôt un acte encouragé par le code minier, afin que davantage advienne une classe moyenne et qu’en retour, le monde des affaires au Togo ne soient pas une exclusivité des investisseurs étrangers.

000

A propos de l'auteur

MCR - Millenium Challege Reform

Le Millenium Challenge Reforms (MCR) Est L’appellation Du Processus Enclenche Par Le Chef De L’etat, Devant Aboutir A L’éligibilité Du Togo Au Millenium Challenge Account (MCA). C’est L’outils De Communication Du Processus Jusqu’à L’admission Du Togo Au MCC.

Connectez-vous pour commenter

 

       

 PARTENAIRES DE LA CELLULES MCA-TOGO